La Revue

Parlons du deuil
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°95 - Page 14 Auteur(s) : Geneviève Delaisi de Parseval
Article gratuit
Livre concerné
Parlons du deuil

On connaît la position de Sénèque : "La mort est la règle ; c'est la vie qui est l'exception". Françoise Dolto, avant de mourir, demande à sa fille : "Pourquoi tu pleures? C'est moi qui m'en vais !" Tout est dit -ou presque- sur la mort dans ces deux phrases. Et tout est dit -ou presque- sur le deuil dans ce petit livre limpide et émouvant. On parle partout, un peu à tort et à travers, du "travail du deuil" de "faire son deuil", sans qu'on sache le plus souvent le sens de cette expression qui est tout sauf simple. Ginette Raimbault écrit dans une langue claire : "Ce terme qualifie le processus inconscient dont le sujet subit les effets sans en avoir la maîtrise. Ce "travail" se fait en nous, malgré nous." A travers nombre d'exemples -y compris personnels et familiaux- Ginette Raimbault analyse au plus près le vécu de la situation de perte réelle d'un être avec lequel était tissé un lien fondamental ; mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce lien d'amour est aussi, et en même temps, un lien de haine. Là réside une des difficultés du travail du deuil. C'est précisément le refoulement de cette ambivalence qui rend certains deuils impossibles ou interminables. Le travail du deuil est, en outre, propre à chacun ; nous ne sommes pas égaux face à cette épreuve. "Nous sommes tous, en tant que sujets humains, structurés de façon spécifique à partir de notre rapport au premier objet -celle qui nous a abrité en elle avant de nous mettre au monde-./. ce sont les modalités de ces premiers rapports fondamentaux qui détermineront le déroulement du deuil." Dans son célèbre essai sur le deuil, Freud avait usé d'une métaphore, celle du cristal, de sa trame, de ses arêtes. "Les voies du deuil suivront les lignes de fragilité déjà inscrites dans le "cristal" du sujet", écrit Ginette Raimbault qui a la simplicité de montrer comment elle-même a été victime du "cataclysme intérieur" provoqué par la mort d'un proche.